Bachir Soussi Chiamdi

De la convivialité des espaces discrets
Résidence 2016-2017


Le numérique est partout et infuse tous les aspects de la vie, dont la création artistique. Il compose ce que Bachir Soussi Chiadmi appelle un espace discret. Mais s'il est partout, où est-il exactement ? Dans nos poches ? Dans les data-center de la Seine- Saint Denis? Et quelles influences ces présences ont-elles sur nos pratiques quotidiennes ? Sur la création artistique ? Sommes-nous en accord avec ces influences ? Pouvons-nous à notre tour les influencer ?


Durant près de deux ans, cette résidence a été une proposition de méthode pour ré-habiter les espaces du numériques, discrets parce qu'ils ne se font pas voir, mais aussi parce que ces espaces sont séparés les uns des autres et créent des discontinuités dans nos espaces de vie.


Bachir Soussi Chiadmi déploie depuis quelques années un corpus d’œuvres et d’outils autour de l’alternative que sont les outils libres et open-sources dans le champ de la création. Avec Synesthésie, il conduit une recherche ouverte à tou·te·s, en vue de reconstruire la convivialité des outils numériques que nous utilisons quotidiennement, et de ré-habiter ces espaces. Cette résidence ouvre la possibilité de nouvelles méthodologies de travail, conviviales et éthiques. Elle permet d’envisager sur le temps long, la propagation et l’utilisation de ces créations auprès de personnes que nous côtoyons — des habitant·te·s de la ville, des professionnel·le·s et membres d'associations intéressé·e·s souhaitant s’engager dans un processus émancipateur similaire — notamment à travers le partage d'une documentation accessible.

En commençant son nouveau programme de résidence avec l'artiste Bachir Soussi Chiadmi, Synesthésie affirme sa volonté de faire entrer l'art dans tous les interstices, les entres-deux, dans ce que l'on prend pour acquis, que l'on n'interroge pas, ou plus : un soutien à la création d'œuvres sensibles, qui viennent re-penser le monde dans chacun de ses détails. L'œuvre de Bachir Soussi Chiadmi vient à la fois être une interface au monde, et simultanément s'y dissimuler pour en saisir les arcanes.

La résidence de Bachir Soussi Chiadmi à Synesthésie a bénéficié du soutien du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis et du DICRéAM.


Biographie

Bachir Soussi-Chiadmi est diplômé des Beaux-Arts de Valence et de l’École Supérieure des Arts décoratifs de Strasbourg. Il fonde le collectif g.u.i. en 2006 avec Nicolas Couturier au sein duquel il conçoit et réalise de nombreux projets graphiques, sites internet, installations in-situ et performances. En 2014 il fonde avec Sarah Garcin et Raphaël Bastide OLA (outils libres alternatifs), une association dont l'objectif est la promotion et la diffusion d'outils libres pour la création. L'accent est mis sur la pratique par l'organisation d'ateliers de création et d'expérimentation pris en charge par des créateurs souhaitant partager leurs pratiques. En 2016 il co-fonde Figures Libres, un collectif né de la rencontre de deux démarches citoyennes qui animent chacun de ses membres: 1. Porter les messages de commanditaires d'utilité publique, sociale et culturelle, 2. Œuvrer sur logiciels libres pour créer sans consommer, libérer l'information, interagir et s'enrichir ensemble. Après avoir enseigné le design interactif à l'EESAB Rennes de 2011 à 2014, il intègre l'ESADHaR site du Havre en qualité d'enseignant chercheur en design interactif et cultures numérique et logiciels libres.



Synesthésie bénéficie du soutien du Conseil régional d'Île-de-France, du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, de la Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la culture et de la communication et de la Ville de Saint-Denis, ainsi que du Centre commercial Basilique et Carrefour Saint-Denis.
Synesthésie est membre de RAN, de Tram, réseau art contemporain Paris/Île-de-France et de Plaine Commune Promotion.