OUVRIR LA VOIX
Célébration pour la sortie en salles du film
écrit et réalisé par Amandine Gay

Samedi 8 octobre 2017 de 14h à 21h

Synesthésie
Centre commercial Basilique
Passage du Saulgier 93200 Saint-Denis

Table Ronde avec Jean-Pascal Zadi, Ysé Tran, Binetou Sylla, Aset Malanda et Amandine Gay
Lectures de Rébecca Chaillon, Marie-Julie Chalu, Clemmie Wonder, Penda Diouf, Revue Ataye, Revue Atoubaa, Claire Obscure, Kiyémis/Fanny Essiyé
Musique de Kami Awori, Mélissa Laveaux, Bobby Colvin, Crystallmess, DJ Cheetah, Markus Chaak
Projection d’extraits inédits du film, des photos de Nancy Wangue et d’une vidéo d’Atoubaa

Bras de Fer et Synesthésie proposent une journée de célébration pour la sortie en salles du film OUVRIR LA VOIX, documentaire sur les femmes noires issues de l’histoire coloniale européenne en Afrique et aux Antilles. Il y est notamment question des intersections de discriminations, d’art, de la pluralité de nos parcours de vies et de la nécessité de se réapproprier la narration.
Cette volonté des Afro-descendantes noires d’investir l’espace public et artistique s’inscrit dans une dynamique européenne où les membres de ces diasporas afropéennes s’imposent comme sujets et objets de la création artistique. Peggy Pierrot, l’architecte du séminaire de l’Ecole de Recherche Graphique de Bruxelles intitulé « After Empire : melancholia or convivial culture ? » posait les questions suivantes que nous adaptons ici :
« Que peut le geste artistique ? Il peut affronter le trauma, “ouvrir la voix”. Ils peut créer ailleurs, dans des zones occupées par les savoirs et des pratiques non colonisées par la domination et l'exclusion. Est-ce que cela veut dire, hors des musées ? ».

L’ilot 8 de Saint-Denis est un de ces lieux qui n’a rien d’un musée mais qui ne demande qu’à être transformé en haut lieu culturel. Cette réappropriation tant symbolique que physique de l’espace du centre commercial offre une possibilité de replacer les conversations afro-diasporiques au cœur même des sociétés où elles évoluent d’ordinaire en marge. Cette célébration sera l’occasion d’une véritable opportunité de dialogue entre des mondes qui fonctionnent d’ordinaire en parallèle : il ne s’agit plus de se contenter de représenter l’altérité mais d’imaginer, créer et expérimenter ensemble un universel mélaniné.
Amandine Gay



Biographie
Amandine Gay est née le 16 octobre 1984 en France. Sa mère et son père adoptifs sont respectivement institutrice et cantonnier. Elle est diplômée de l’institut d’Études politiques de Lyon en communication, puis du conservatoire d’Art dramatique de Paris 16e, qu'elle intègre en 2008. Après ses études, elle commence à travailler comme comédienne, cependant, après quelques mois d'activité, elle constate qu'elle interprète toujours le même type de rôles stéréotypés (droguée, prostituée, sans-papiers). Son agent lui apprend alors que bien qu'elle envoie son profil pour des rôles divers correspondant à sa tranche d'âge, elle n'obtient de réponse que quand il est spécifié dans le scénario que le personnage est une Noire.

De ce constat naît l'envie de devenir réalisatrice pour promouvoir une autre vision des femmes noires et aussi pour pouvoir jouer les rôles qui l’intéressent. Elle commence donc à écrire des programmes courts pour la télévision. Cependant, elle peine à trouver des financements. Amandine Gay explique que les producteurs étant majoritairement des hommes blancs d'une cinquantaine d'années, ils ne reconnaissent pas leur expérience de la société dans les programmes qu'elle développe.
Elle co-écrit notamment une fiction, une satire des magazines féminins, intitulée “Medias Tartes”. Un des personnages, une sommelière noire et lesbienne, rencontre l'incompréhension des investisseurs potentiels, arguant qu'une telle personne n'existe pas en France, alors que justement, il est inspiré d'elle-même.

C'est pourquoi Amandine Gay commence à réaliser, en avril 2014, son documentaire Ouvrir la Voix, grâce à une campagne de crowdfunding, sans le soutien du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) qui n'a pas souhaité soutenir ce long-métrage. Dans ce film, qui paraît en 2016, Amandine Gay réunit 24 femmes - des Afro-descendantes, citoyennes, militantes, ingénieures, chercheuses ou blogueuses - pour parler de leur identité de femme noire en France. Ce documentaire reçoit le Out d'or de la création artistique en 2017.

Militante, elle se définit elle-même comme "afro-descendante, Noire, née sous X, cis, Afroféministe, pansexuelle, anticapitaliste, antiraciste, anti-hétéronormativité, agnostique, Afropunk, pro-choix (avortement, voile, travail du sexe), body-positive".
source wikipedia

Visiter le site du film.


Informations pratiques

Samedi 8 octobre 2017 de 14h à 21h
Entrée libre


Synesthésie
Centre commercial Basilique

Passage du Saulgier 93200 Saint-Denis


Synesthésie
1 ter place du Caquet 93200 Saint-Denis
+33 (0)7 83 19 16 23 — syn [at] synesthesie.com